Voyage du condottière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voyage du condottière

Message  Patriciaa494 le Mar 6 Nov - 15:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bien qu'il convoque l'ombre tutélaire de Stendhal, le Condottière s'est délesté de toute autorité. Son voyage a ceci d'unique qu'il traite des villes comme des caractères : Rimini est « maussade comme un attentat réussi », Gênes banale « comme la pensée d'un boutiquier d'Amérique ». Chaque ville a non seulement son tableau, sa pièce musicale, son église, son grand homme, elle a aussi son visage propre, ses verrues, ses rides, sa mauvaise haleine, son sourire (Sienne l'ardente est un « baiser dans un sourire mystique »). Chaque recoin visité donne naissance à un poème en prose, où parfois surgit la vision d'un couple uni dans la béatitude. Claire, la patricienne d'Assise, voyant saint François hué, honni, ne veut d'autre fiancé que ce « fou de Petit Pauvre ». Catherine de Sienne console un condamné à mort, lui promet les noces éternelles, le mène à l'échafaud et reçoit sa tête dans ses mains.

9,60 €uros

Poche: 575 pages
Editeur : Le Livre de Poche (1 avril 1996)
Collection : Biblio Romans
Langue : Français
ISBN-10: 2253932590
ISBN-13: 978-2253932598

Patriciaa494

Messages : 364
Date d'inscription : 27/10/2012
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage du condottière

Message  Patriciaa494 le Mar 6 Nov - 15:09

J'avais entendu plusieurs fois Jean d'Ormesson, d'émission en émission, vanter les beautés de ce livre, de sa voix mondainement flûtée...
C'est en effet le plus beau récit de voyage écrit en français au XXème siècle et assurément le plus beau sur l'Italie, notre "petite soeur latine" que j'aime tant depuis mon adolescence.
Nulle besoin d'une lecture linéaire pour aborder ce livre délicieux. Toutes les grandes villes d'art du pays (ou presque...) y sont décrites avec une élégance et une justesse parfaites dans un style éblouissant qui fait de ce "voyage" un superbe poème en prose. Mais c'est aussi un essai philosophique et critique parfois d'une intransigeance glacée dans ses jugements (sur l'èchec de Léonard de Vinci en tant que peintre ou la banalité de l'oeuvre de fresquiste de Corrège).
Suarés, normalien pétri de culture gréco-latine, saisit l'âme de chaque cité dans des phrases parfaitement ciselées dont beaucoup ont la profondeur et la concision d'aphorismes tout droit sortis de la sagesse antique.
Laissez-vous prendre par la main par Milan l'industrieuse, Mantoue la belle décadente, Venise la fuyante...Ces belles dames vous accompagneront sans rechigner dans votre périple...
Et vous éprouverez pour l'Italie ce qu'elle mérite le plus : de l'amour, tout simplement...

J'ai adoré (9/10)

Patriciaa494

Messages : 364
Date d'inscription : 27/10/2012
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum