Le 11 août

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 11 août

Message  Martine 1968 le Ven 23 Nov - 9:47

11 août 1932

Les Hommes, quels mufles ! réalisé par Mario Camerini, est le premier film italien présenté à la Mostra internazionale d’arte cinematografica di Venezia.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Gli Uomini, che mascalzoni ! "brille par la fraîcheur d'une mise en scène qui s'adapte aux nécessités du plein air. Certaines scènes ont une saveur de cinéma direct qui annonce un regard candide sur la réalité", écrit Jean A. Gili.
Bien que certaines séquences soient plus conventionnelles, le film, envisagé dans sa globalité, émet "un signe très fort pour une cinématographie qui s'aventure hors des studios et qui, déjà, donne le meilleur d'elle-même (...) dans les œuvres faussement ténues où passent l'air du temps, l'authenticité des sentiments humains, la justesse des rapports de classe."


Martine 1968

Messages : 434
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 48
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11 août

Message  Lise 2 le Ven 23 Nov - 21:36

11 Août 1849

Naissance à Venise de Giacomo Favretto.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fils de Domenico modeste charpentier, et d’Angela Brunello. Ses compétences en dessin ont été remarquées par le Conte Antonio de Zanetti et le peintre Gerolamo Astolfoni.

Malheureusement, grande était la misère dans la maison Favretto, et le jeune garçon devait gagner son pain. Il est etré en tant qu’apprenti dans une papeterie. Là, lors de pauses, il se plaisait à dessiner au crayon les portraits de personnes et les animaux, ou les profils de clients qui fréquentaient la papeterie. Ces esquisses ont été repérées un jour par Vincenzo Favenza, antiquaire, qui obtint du père du jeune homme l’autorisation de l’aider à suivre une formation artistique.

Il a rejoint l’atelier d’un petit peintre vénitien Francesco Vason, de qui il apprit les rudiments de la peinture et qui l’inscrit en 1864, l’Académie des Beaux-Arts où il eut comme professeurs Molmenti et Grigoletti.

C’est entre 1871 et 1874, qu’il affirme son art et construit d’agréables scènes domestiques, où il se montre plus attentifs aux valeurs et aux effets de l’ombre.

_________________
Aucun possible n'est beau ; le réel seul est beau
.
Émile Chartier, dit Alain

Lise 2

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 35
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum