Le 11 juin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 11 juin ...

Message  Klod le Mar 23 Oct - 9:32

11 juin 1857

Mort à Venise de la princesse Catherine Bagration (née Skavronskaya), à l’âge de 75 ans, lors d’un voyage en Italie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Catherine Bragation s'était, entre autres, illustrée lors du Congrès de Vienne où elle était en compétition avec la duchesse Wilhelmine de Sagan, « la Cléopâtre de Kurland » les deux femmes ayant été les maîtresses de Klemens Wenzel Lothar von Metternich.

Catherine Bagration, veuve depuis 1812 du général russe Bagration tombé à Borodino était tout à son affaire dans ce luxurieux environnement. Elle changeait souvent d’amant, était appelée « le bel ange nu » à cause de ses décolletés impressionnants ou « l’Andromède russe » et se montrait férue en politique autant que dans les affaires de diplomatie.

Sa tombe se trouve au cimetière San Michele dans le carré orthodoxe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Klod
Admin

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 60
Localisation : Venezia

http://oliaklodvenitiens.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 11 juin ...

Message  Patriciaa494 le Sam 10 Nov - 20:19

11 juin 1845

Chateaubriand quitte Venise à l'issue de son troisième voyage. Il n'y reviendra plus.

Il est toujours prêt à répondre à celui qui l’appelle à Venise. Au printemps 1845, le fils de la duchesse, Henri V veut voir auprès de lui, le vieux vassal, toujours fidèle aux Bourbons déchus. Henri a vingt cinq ans, il occupe le Palais Danieli, alors Maison de France dont les poteaux étaient marqués de trois fleurs de lys. C’est là, près de la place Saint Marc qu’il séjournera du 7 au 11 juin 1845, toujours épris de Venise, “où je voudrais qu’on m’exilât avec vous” écrit-il à Juliette.

L’on imagine Chateaubriand devant Venise : il regarde la ville noyée dans le soleil couchant. Elle est un peu la sienne, maintenant. Désormais la Cité des Doges porte le souvenir du poète français. Lui aussi, grâce à son Livre, a écrit la légende de Venise. Les mots de l’enchanteur courent sur les flots et saluent la reine de l’Adriatique : “Venise décrépite… avec sa chevelure de clochers, son front de marbre, ses rides d’or, languit… enchaînée au pied des Alpes du Frioul…”

Venise, comme un reflet de sa propre décrépitude, le regarde et la symbiose s’établit entre le poète et la ville.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Patriciaa494

Messages : 364
Date d'inscription : 27/10/2012
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum