Le 10 novembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 10 novembre

Message  Klod le Jeu 25 Oct - 21:31

10 novembre 1473

Une délégation napolitaine et catalane menée par Luis Perez Fabregues se présente à Famagouste et tente un coup d’État afin d’écarter Jacques III et Catherine Cornaro reine de Chypre du trône au profit de sa belle-sœur Charlotte de Chypre. Complice des conjurés, Rizzo di Marino assassine le conseiller Paolo Zappa, dont le cadavre est jeté dans le puits et déclenche un massacre des vénitiens présents à Famagouste, parmi lesquels Gabriele Gentile, médecin de Catherine, Andrea Cornaro et son neveu Marco Bembo (dont les corps sont jetés dans les fossés de la forteresse de Famagouste). Les conjurés pillent ensuite le trésor royal des Lusignan.

Un gouvernement est mis en place, écartant Catherine de toutes les responsabilités du pouvoir.

Le 24 novembre 1473, le provéditeur Vettor Sorranzo met le siège devant le port de Famagouste. Il ne parvient cependant à prendre le contrôle du palais royal que le 1er janvier 1474 au petit matin, obligeant les conjurés à se réfugier sur un navire napolitain.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Klod
Admin

Messages : 1186
Date d'inscription : 22/10/2012
Age : 60
Localisation : Venezia

http://oliaklodvenitiens.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 10 novembre

Message  Emeline_83 le Sam 27 Oct - 21:41

10 novembre 1816

George Gordon Byron et Hobhouse arrivent à Venise. Ils logent d’abord à l’Hôtel de Grande-Bretagne puis s’installent au palais Mocenigo sur le Grand Canal, avec quatorze serviteurs, des chevaux et une vraie ménagerie. Byron engage un gondolier colossal et barbu du nom de Tita, fréquente le salon de la Comtesse Albrizzi, participe à plusieurs carnavals successifs, nage dans le Grand canal jusqu’au Lido, a une aventure avec Marianna Segati, dont il écrit : "Son grand mérite est d'avoir découvert le mien ; rien n'est plus agréable que le discernement", puis Margarita Cogni, qu'il surnomme "la Fornarina", ainsi que de nombreuses autres femmes (actrices, ballerines, prostituées...), ce qu'il commente dans une autre lettre : "Envoyez moi, s'il vous plaît, tout l'argent que Murray voudra bien payer pour mes élucubrations cérébrales. Je ne consentirai jamais à renoncer à ce que je gagne, qui m'appartient, et ce que me procure mon cerveau, je le dépenserai pour copuler, aussi longtemps qu'il me restera un testicule. Je ne vivrai pas longtemps, c'est pourquoi je dois en profiter tant que j'en suis capable"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Emeline_83

Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2012
Age : 24
Localisation : Hières

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 10 novembre

Message  Martine 1968 le Mer 14 Nov - 23:02

10 novembre 1354

Les avogadori di Comun proposent à la Quarantia de pursuivre les jeunes patriciens Micaletto Steno, Pietro Bollani, Rizzardo Marioni, Moretto Zorei, Micaletto da Molin et Maffeo Morosini, auteurs d'inscriptions "abjectes et malhonnêtes" dans la salle des cheminées du doge.

Le 20 novembre, Micaletto Steno était condamné à dix jours de prison, Pietro Bollani à quelques jours, ainsi que Rizzardo Marioni qui avait ajouté aux injures quelques dessins obscènes.

Nul ne fit allusion à la dogaresse et à son honneur !

Martine 1968

Messages : 434
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 48
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 10 novembre

Message  Martine 1968 le Lun 19 Nov - 23:06

10 novembre 1561

Giovan Pietro di Valmonica, recteur et père spirituel du monastère des Convertite à la Giudecca, emmené entre les deux colonnes de la piazzetta, eut la tête tranchée devant une grande foule devant laquelle il eut des paroles de repentir.

Avec l'accord (tacite) des autorités religieuses, il régnait comme un sultan sur les quelques quatre cents religieuses, la plupart jeunes et belle, du couvent, comme l'écrivit le nonce apostolique de Venise Ippolito Capilupi dans une lettre au cardinal Carlo Borromeo en novembre 1551.

En confession, il se mettait à faire la cour aux pénitentes, leur promettant cadeaux et faveurs si elles ne faisaient pas les farouches, tandis qu'elles se voyaient refuser les sacrements si elles hésitaient. Aux têtues récalcitrantes, il faisait ouvrir les portes du cachot, les torturant pour mieux les dompter.
En été, il ordonnait que les plus belles et les plus " en forme " se baignent nues auprès de barques où il en choisissait une chaque jour. Ces diaboliques luxures ne lui suffisaient pas. Il se faisait remettre le bénéfice de toutes les quêtes, obligeaient les sœurs à broder des nappes et à faire des travaux d'aiguille, dont lui seul encaissait les gains pour se procurer les meilleurs vins et mets. Et si quelqu'une restait enceinte : pas de problème, il la faisait avorter. Il se donna ainsi la belle vie pendant 19 ans, sans que les autorités civiles ou religieuses aillent contrôler si les commérages qui courraient en ville sur lui, avaient quelque fondement.

Durant son procès, il admit seulement avoir eu des rapports avec 20 religieuse, dégageant la mère supérieure de toute complicité. On ne le crut pas puisque la supérieure fut elle même condamnée à la prison jusqu'à la fin de sa vie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Martine 1968

Messages : 434
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 48
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 10 novembre

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum